Vera, Elizabeth Von Arnim

Unis par le malheur, Everard et Lucy sont tout feu tout flamme l’un envers l’autre, malgré l’écart d’âge qui les sépare et les circonstances un peu sombres qui entourent la mort de Vera, la première femme de Lucy. Mais l’amour est aveugle….est-ce bien prudent?

Je m’aperçois en écrivant cet article que je n’ai jamais écrit d’article sur Elizabeth Von Arnim, que ce soit Avril enchanté ou Fraulein Schmidt and Mr Ansthruter et donc en attendant, je vous renvoie vers les articles de la merveilleuse Ellettres. Cette écrivaine australienne (mais qui a vécu en Allemagne, Angleterre et en Suisse au gré de ses différents mariages) du début du vingtième siècle mérite 10000000000 fois la reconnaissance de tous : une finesse de style, un sens de l’humour à toute épreuve, une élégance qui fait atterrir le lecteur dans l’Angleterre du début vingtième, une Angleterre des non-dits, de la retenue, des codes sociaux tellement forts que personne ne les questionne.

At the sound of the genuine wretchedness in his voice Lucy’s eyes became a little human. It got through to her conciousness that this distressed warm stranger was appealing to her for something.

Vera est distinct des deux autres livres : c’est un thriller! Du simple roman d’amour au début, on tombe dans une atmosphère menaçante, un parfum toxique de domination, de mystère…  On pense un peu à l’atmosphère angoissante du Rebecca de Daphné du Maurier et à cette jeune mariée, fort naïve, dont les illusions sont percées au fur et à mesure que la tension monte pour le lecteur….

Malheureusement difficile à trouver en librairie, je vous le conseille complètement si vous mettez la main dessus!

 

3 commentaires sur “Vera, Elizabeth Von Arnim

  1. Roh j’ai Vera dans ma bibliothèque depuis des plombes, en VO en plus, et toujours pas lu. Ton billet me donne l’urgence de m’y mettre, mais j’ai tellement de livres que j’ai envie de lire à côté ! Il me faudrait le don de bilocation, comme Hermione 😉

    J'aime

    1. Rah, mais il faut absolument le lire !! Mais il faut être prête à une histoire complètement différente des autres…. (Un peu la même différence qu’entre les Roald Dahl pour enfants et ceux pour adultes)

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s