A Farewell to arms, Ernest Hemingway

L’adieu aux Armes en VF.

Un jeune américain, Frederick Henry, engagé volontaire dans la Croix Rouge sur le front italien  pendant la première guerre mondiale et son histoire d’amour avec Catherine Barkley, une aide soignante anglaise. Frederick rencontre Catherine sur le front, grâce à son ami Rinaldi. Il tente d’abord une amourette avec Catherine pour se distraire mais lorsqu’il est blessé sur le front, envoyé à Milan et rejoint par Catherine, l’histoire progresse…

Premier livre que je lis du grand Hemingway, et je ne sais pas encore quoi penser.

C’est un très bon livre qui décrit le désenchantement le plus complet face à l’idiotie de la guerre : lorsque Frederick est sur le front, personne ne sait ce qui se passe, rien ne bouge sauf quand cela explose, les militaires sont obnubilés par les besoins les plus primaires de boisson et de filles. La retraite telle que décrite (et sans doute vraie puisque ce livre est fortement inspiré de l’expérience de Hemingway) m’a parue si triste, tous ces jeunes gens qui meurent pour .. des broutilles, sous le feu non pas des ennemis mais des italiens eux-mêmes… Les personnages sont multiples et dépassent pour beaucoup des stéréotypes dans lesquels le début de l’oeuvre pourrait les condamner (Rinaldi l’exhubérant italien, le jeune aumonier militaire sorti des Pouilles..)…

Mais (car il y a un mais) je n’ai personnellement pas accroché : Catherine et Frederick sont extrêmement durs à cerner et dans ce sens un peu plats: elle passe du rire aux larmes sans explications et ne semble vouloir que s’effacer devant cet homme plus jeune qui devient son compagnon de vie alors que quelques chapitres auparavant ce n’était qu’un simple flirt. Frederick est témoin d’atrocités pendant la guerre mais ne semble pas plus étonné ou choqué que ça.. Et la fin est trop rapide, presque comme une série dont le budget est drastiquement diminué..

Mais je serais curieuse d’avoir votre avis sur la question!

 

 

 

Publicités

3 réflexions sur “A Farewell to arms, Ernest Hemingway

  1. Ellettres

    Haha j’aime bien ton avant-dernière phrase : « comme une série dont le budget est drastiquement diminué » ! Je l’ai lu mais il y a longtemps. Je crois que ce que tu reproches à Hemingway c’est son écriture extrêmement épurée. En effet, on accroche ou pas… Il me semble que j’avais bien aimé, mais je ne saurais même plus dire pourquoi.

    J'aime

    1. Rosalerat

      En effet, le style est très épuré, et de ce point de vue à mon sens très efficace pour ce qui est descriptions… mais j’ai moins accroché en effet sur les personnages. Une sage amie m’avait conseillé il y a longtemps Paris est une fête, j’aurais peut-être dû commencer par celui-là ?

      J'aime

      1. Ellettres

        Paris est une fête est un livre de souvenirs, donc pas très linéaire… Mais je pense qu’il se lit avec plaisir, à petites bouchées (c’est quand même le Paris des années folles, des artistes, de la lost generation… tout un mythe ! Woody Allen serait d’accord avec moi 😉 )

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s