Atelier d’écriture 243

Petite incartade dans les ateliers de Leiloona 

atelier-d-ecriture

Baignade non surveillée. D’après sa mère, les premiers mots qu’il avait lu à voix haute, à force de passer devant chaque jour, tout l’été, il avait réussi à déchiffrer le panneau et le répétait à qui voulait l’entendre « Bai-gnade non sur-veil-lée! Ça veut dire qu’il n’y a pas de maître nageur!! » Eux allaient un peu plus loin, sur une plage plus « comme il faut », où les familles s’alignaient consciencieusement sur le sable, sous le regard bienveillant des quelques adolescents sportifs du village, que la mairie recrutait en tant que maître nageurs pour la tranquillité d’esprit de tous..

L’enfant grandissait. Quelques années déjà depuis ces premières lectures ânonnées, désormais il renâclait à l’idée de s’entasser encore et toujours sur la même plage légèrement sur-bondée. Mais enfin, maman, il n’y a que des bébés là-bas, tu comprends, je ne peux jamais jouer au ballon sans que ça rebondisse sur le ventre de quelqu’un.. Mais la mère ne cédait pas, le petit dernier était trop jeune, les vagues un peu trop fortes. Oui mon chéri, je sais que tu sais nager, mais non, pas sans surveillance, on parle de courants un peu puissants. Chaque sortie à la plage devenait source de tensions, de voix haussées, de portes qui claquent.

Baignade non surveillée. L’enfant se rebellait. Sa lampe frontale sur le front, il s’était enfui de la maison le plus silencieusement possible. Il connaissait bien le chemin. Il rentra dans l’eau….

Publicités

10 réflexions sur « Atelier d’écriture 243 »

  1. superbe texte avec une fin glaciale… bravo !

    J'aime

    1. Très gentil ! C’est fou à quel point une image de soleil et de plage a inspiré autant d’histoires tristes!

      J'aime

  2. Tu nous laisses dans le doute quant à la suite de ton histoire…j’ai tendance à la voir négativement…

    J'aime

    1. La fin est ouverte … A chacun d’y croire 😉

      J'aime

    1. Oui, la mer en France m’inspire aussi un brr…. ; )

      J'aime

  3. Ouh que la fin me fait peur ! Parfois manquer de liberté en fait prendre une bien dangereuse.

    J'aime

    1. La morale de la Chèvre de Monsieur Seguin… Après, la fin reste ouverte, il peut savoir très bien nager après tout!

      J'aime

  4. Arghhh, beaucoup de suspens dans la chute ! Bravo

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close