Longbourn, Jo Baker

Une saison à Longbourn (en VF) – acheté en vacances à Edimbourg et lu assez rapidement!

Sur le domaine de Longbourn, résident Mr et Mrs Bennet et leurs cinq filles, en âge de se marier. À l’étage inférieur veillent les domestiques. Mrs Hill, l’intendante et cuisinière, son époux homme de main,  Polly et  Sarah, les deux jeunes femmes de chambre et, le dernier arrivé, James – empreint d’un grand mystère…

Ceux qui me connaissent savent mon goût certain pour l’univers de Jane Austen et ce livre atypique dans l’univers de la fan-fiction mérite le détour (en tout cas se lit vite et avec plaisir). L’auteur a pris le parti de donner vie aux quelques domestiques qui sont mentionnés dans Orgueil et Préjugés et à chaque début de chapitre, une mini-citation permet de se situer par rapport à l’œuvre originale. Ce roman suit plus particulièrement Sarah, le « pendant domestique » d’Elizabeth Bennet : du même âge, vive et impulsive, façonnée par les mêmes lectures puisqu’Elizabeth lui prête les romans qu’elle a terminé et même habillée d’anciennes robes d’Elizabeth. Elle aussi grandit au fil de l’histoire, en découvrant l’amour et en surmontant les obstacles… Pour les besoins de son récit, Jo Baker prend quelques libertés avec les personnages « historiques » qui passent plus ou moins bien, selon les sensibilités..

Mais ce livre n’est pas une simple romance à l’eau de rose (un peu quand même mais pile ce qu’il faut), il permet un recul comique sur Orgueil et préjugés: oui, ces jeunes filles pures et prêtes à marier souillent tout de même leur linge, et si elles devaient faire elles-mêmes leur propre lessive n’iraient peut-être pas poétiquement se balader dans l’herbe mouillée et la boue. Oui ce père discret et réservé ne boit peut-être pas que de l’eau le soir dans son salon. Ces beaux officiers fringants ne sont qu’une partie de l’armée, et ont peut-être connu les horreurs des campagnes napoléoniennes avant d’aller danser le menuet avec Lydia et Kitty.

Oui cette époque était complexe, oui certaines problématiques restent universelles, oui ce livre se lit bien (à mon avis) et permet d’accueillir l’automne avec sérénité .

Publicités

2 réflexions sur “Longbourn, Jo Baker

  1. Ellettres

    Haha c’est original de voir l’histoire du point de vue des domestiques ! Mais avant de lire les fan-fictions d’Austen, faudrait peut-être que je lise davantage Austen !! A ce jour je n’ai lu qu’Orgueils et Préjugés (et vu la série BBC de Sense and Sensibility)…

    J'aime

    1. panullum

      Oh mais il faut très vite remédier à ça!! Si tu as les mains prises par la petite Z, les téléfilms BBC de Pride et Prejudice, Persuasion, Northanger Abbey, Mansfield Park sont aussi très bien… Tu veux les emprunter via Agapé?

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s