Une saga moscovite, Vassili Axionov

Ces livres (puisque la saga comporte deux tomes) racontent la vie du clan Gradov, une famille de médecins en Russie pendant la période stalinienne, de la NEP en 1925 à 1953.

Ils m’avaient été recommandé par une amie au goût très sûr (elle se reconnaîtra) et je n’ai pas été déçue.

Très désolée du temps d’attente important avant cette nouvelle publication mais j’ai été assez fortement prise par mon vrai travail. Alas.

Outre la reconstitution historique* des péripéties d’une famille bourgeoise sous la tempête stalinienne, j’ai été très agréablement surprise par la reconstitution d’une famille justement. Au Bois d’argent, la demeure familiale, lorsque les parents reçoivent leurs enfants adultes, c’est le désordre. Du monde partout, du bruit partout, des opinions contraires, des tensions, mais le tout sans jamais négliger ce »liant », cette unité qui fait de la totalité de ces personnages des Gradov. Malgré leurs différences, entre le militaire, la poétesse anarchiste, le médecin vieux régime, ils font tous partie d’une seule famille.

Et les événements qui les éloignent les uns des autres (les purges, la doctrine, les camps, la guerre, la paranoïa, les blouses blanches) ne sont pas suffisamment brutaux pour leur faire oublier cette idée. Et pourtant ces événements sont d’une violence rare, et permettent un aperçu d’une partie de l’histoire qu’on n’évoque que peu, des famines, des déchirements, des douleurs très dramatiques, et très russes.  Les personnages sont intenses, passionnés, légèrement fous soyons honnêtes. Tous restent malgré tout unis par le Bois d’argent, par ce Boris III médecin et Mary qui se met au piano lors des moments de fête. Par ce nom de Gradov, et l’héritage qui en découle. Cette saga rappelle par de nombreux aspects les fresques de Tolstoï, c’est une véritable fresque de toute l’époque stalinienne.

A conseiller !

 

  • telle est ma confiance en cette amie que je n’avais pas pensé à regarder la date de publication avant. C’est un livre de 1994, et il décrit une époque que l’auteur n’a vécu qu’enfant.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s