Extremely loud and incredibly close, Jonathan Safran Foer

tumblr_moau8lvIhK1rfv33io1_400Oskar a neuf ans. Un enfant différent, très curieux et direct. Il trouve dans les affaires de son père, récemment décédé dans les tours jumelles, une clé et décide de chercher ce qu’elle peut bien ouvrir.

Sans du tout avoir fait exprès, j’ai fini ce livre cette semaine. Et quelques jours après avoir fini, je suis toujours dans l’incapacité de dire si j’ai aimé ou pas. C’est un livre différent, tant dans la forme que sur le fond. Les chapitres alternent entre les différents narrateurs, Oskar, un homme qui écrit à son fils, la grand-mère d’Oskar. Le style est très oral, certains narrateurs font des phrases sans fin, entrecoupées de pages quasiment vides avec seulement une phrase ou deux, des photos de portes, de mains, d’oiseaux s’intercalent de temps en temps.

Mais le fond est aussi très différent. Car les différentes histoires  présentées, qui se recoupent, mettent toutes en avant la force des choix de vie différents face à la catastrophe. Ceux qui se sentent désormais incapables d’aimer et de vivre. Ou en tout cas ils le pensaient. Ceux qui se raccrochent à ce qu’ils peuvent pour survivre, même à des souvenirs. Qui veulent aimer et être aimés. Et feront tout pour. Et ceux qui comme Oskar,  portent certains jours des chaussures très lourdes, et d’autres des chaussures plus légères, se font des bleus pour ressentir la douleur qui aurait du mal à sortir autrement, balancent entre la joie et la colère, l’enthousiasme et le désespoir tant l’évènement « perturbateur » est extrêmement fort et incroyablement proche.

Toutefois c’est aussi l’histoire d’une famille, qui perd un membre (qui son fils, son mari, son père), de façon inattendue, brutale. Une famille en quête de sens, en quête de vie.

A vous de vous faire un avis?

Publicités

4 réflexions sur “Extremely loud and incredibly close, Jonathan Safran Foer

  1. Ellettres

    Le thème est assez bouleversant en effet… Un choix original de montrer le point de vue d’un petit garçon qui a perdu son père dans cette tragédie.
    A part ça, c’est assez à la mode en ce moment, dans les romans américains notamment, d’insérer de l’iconographie, des photos, dessins, pages manuscrites… Peut-être pour rendre le roman plus ludique / interactif / polyvalent, comme internet par exemple ?

    J'aime

  2. adèle

    Ma soeur me l’avait offert pour mon anniversaire, et effectivement c’est un livre « bizarre ». Je n’ai compris qu’à la fin que le père était décédé dans les attentats du 11 novembre (mais je suis parfois cruche ! ).

    J'aime

    1. panullum

      Pardon, je ne réponds que maintenant.. Je connaissais l’histoire avant de lire le livre, c’est vrai que le texte lui même laisse planer le mystère un moment.. En ce moment j’en lis un autre sur le même sujet, très particulier!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s