Le Pigeon

Sur suggestion de M. Hircum, lors d’une calme après-midi d’été où je me retrouvais sans rien à lire, je lui ai emprunté Le Pigeon, de Süskind. Honte à moi, ne maitrisant pas l’allemand, je n’ai pu lire que sa traduction française.

Jonathan Noël est un homme calme, qui ne souhaite qu’une chose, une vie tranquille, sans péripéties, sans inattendu. Du coup, sans personne, mais il s’y est habitué, depuis le temps. Jusqu’au jour où, en sortant de sa chambre, il croise un pigeon  dans le couloir. Un pigeon, animal incompréhensible et imprévisible, source de saleté, de maladie, d’inattendu.

Je me suis régalée.
Le Pigeon est un livre court, à l’instar de la Contrebasse, autre pépite, qui pourtant se permet de creuser suffisamment une intrigue profonde, avec un vrai personnage et une histoire complète.

Et ce pigeon, par sa simple présence, perturbe sa routine, le bouscule dans ses habitudes, transforme tout son univers dans des proportions telles que seul un excellent auteur peut nous permettre de vivre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s